11 novembre 2013

Dans la lumière - Barbara Kingsolver


Celui qui naît à Feathertown Tennessee, n'a qu'un seul rêve, en partir. Mais quitter Feathertown est hors de portée pour la plupart, trop pauvres et pas assez éduqués. Dellarobia, s'est retrouvée coincée avec Cub à peine sortie de l'adolescence, à cause d'une grossesse non désirée. Aujourd'hui jeune mère de deux enfants et vivant sur la ferme de ses beaux-parents, Dellarobia n'a jamais quitté son coin rural des Appalaches et a mis ses rêves de jeune fille au placard. L'arrivée d'une colonie de papillons monarques sur son domaine va bouleverser cet équilibre fragile.
Car il est d'abord question d'équilibre dans ce roman. Tout d'abord d'équilibre écologique. Comment toute une population de monarques, papillons habitués à migrer au Mexique, se retrouve à hiverner dans le Tennessee ? Quelles seront les conséquences sur la survie de cette espèce ? Et, par analogie, il est également question du fragile équilibre de la vie.
A quel point peut-on choisir sa vie ?  Ne sommes nous pas plutôt victimes de circonstances exterieures ? Peut-on facilement quitter son milieu ?
"Pour qui se prenait-elle ? Une fille qui s'était fait engrosser au lycée et carapatée sous le premier toit qui avait l'air de vouloir ne pas prendre l'eau." (p.210)
Dans la lumière m'a laissé un sentiment partagé.
J'ai beaucoup aimé son côté engagé. Barbara Kingsolver y parle d'écologie et dénonce l'aveuglement et le déni du réchauffement climatique. Ainsi que le gaspillage. Mais elle ne fait pas dans l'écologie de bonne conscience et n'oublie pas de dénoncer également les conditions sociales et les inégalités territoriales. Que ce soit dans l'éducation ou la répartition des richesses. Il y a un passage éloquent entre Dellarobia et un écologiste engagé, celui-ci sermonant qu'il faut manger moins de viande, moins consommer alors que Dellarobia ne peut se payer que des affaires d'occasion et a du mal à se payer le peu de viande qu'elle mange.
Ce roman aborde également la place de la religion dans la communauté. C'est l'Eglise qui fédère et qui maintient le lien social. D'ailleurs l'arrivée des papillons s'apparente à une vision biblique et certains membres de la communauté veulent y voir un miracle.

Barbara Kingsolver est généreuse avec ses personnages, on ressent tout l'amour qu'elle a pour eux malgré leurs défauts (même si, comme à son habitude, ce sont les personnages féminins les mieux mis en valeur). Dellarobia est une jeune femme énergique, combative qui aime la vie malgré son chemin difficile. Forte tête, elle déborde souvent et l'arrivée des papillons va littéralement bouleverser sa vie.
"Elle était donc ce qu'Hester appelait une chrétienne 911 : en cas d'urgence, appelez le seigneur." (p.84)
"J'étais tellement focalisée sur ma petite vie. Ma petite personne. Et j'étais face à quelque chose de tellement plus grand. J'étais forcée de revenir et de mener une vie différente." (p.270)
J'ai également été touchée par la relation des personnages avec les animaux qui amène des réflexions sur ce qu'est la vie et la mort.
 
Enfin, l'écriture est riche, poétiques et certains passages, tel le premier chapitre,  sont portés par une force   de vie incroyable.

Ce qui m'a déçu dans ce roman est sa construction et son côté bavard. Certains passages, même s'ils ont toute leur place dans le récit, sont vraiment trop longs. Et l'auteur s'est, à mon humble avis, laissé prendre à son propre piège de vouloir trop en dire, trop expliquer. Ceci donne un roman qui manque de rythme et qui peut procurer à certain moment de l'ennui. Ce qui est dommage vu toutes ses qualités.

On retrouve dans ce roman toute l'humanité et la générosité de Barbara Kingsolver. Malgré tout je ne conseillerais pas ce roman à ceux qui veulent découvrir l'auteur ; je pense qu'il vaut mieux commencer par l'arbre aux haricots, son premier roman.

J'ai lu ce roman dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire Price Minister-Rabuken 2013 et je lui donne la note de 16/20.

Barbara Kingsolver
Dans la lumière (Flight Behaviour)
Rivages
554 p. / 24,50 €

8 commentaires:

  1. Ce roman a déçu quelques fans de l'auteur, quelques longueurs il semble en effet, je crois qu'il vaut mieux tenter un autre titre pour la découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ce n'est pas le titre rêvé pour découvrir Barbara Kingsolver qui a su être vraiment meilleure. Même si ce roman m'a quand même apporté.

      Supprimer
  2. J'ai aussi reçu ce livre dans le cadre des Matchs... et je suis plongée dedans depuis plusieurs jours. J'avoue avoir beaucoup de mal à poursuivre ma lecture tellement l'histoire est lente et descriptive. Au final, ma note sera probablement moins bonne que la tienne :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La note que j'aurais donnée au début aurait été moins bonne. J'ai eu aussi du mal à rentrer dans l'histoire. Cependant, ça vaut le coup de persévérer car la suite est à mon avis bien meilleure.

      Supprimer
  3. J'ai pointé aussi quelques longueurs, celle qui m'a le plus frappée est la longue scène du magasin à Cleary ! Sinon, c'était une première lecture de cet auteur, et j'ai été charmée par sa gestion des parties scientifiques, mêlées à l'histoire personnelle de Della.
    Un avis un tantinet plus positif que le votre.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que vous ayez aimé, car si j'ai des réserves sur ce roman, Barbara Kingsolver reste un auteur que j'aime.

      Supprimer
  4. J'avais hésité également avec ce roman dans le Match de la rentrée.
    Parce que Kingsolver est une auteure que j'apprécie beaucoup.
    Sa simplicité, sa campagne et ses montagnes, ses histoires de femmes et de Nature au pied des Appalaches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense pareil de Barbara Kingsolver.
      Mais finalement, quel livre as-tu choisi pour le match ?

      Supprimer