19 août 2013

Zeitoun - Dave Eggers

Après l'ouragan Katrina, il y a eu beaucoup de livres, films documentaires et même une excellente série. Chacun apporte un éclairage nouveau sur l'ampleur de la catastrophe et surtout l'incurie de l’État, abandon tel qu'il ne peut être seulement imputé à une désorganisation.
Parmi ces documents, Zeitoun a toute sa place car il apporte un nouveau point de vue, celui du simple citoyen et par la mise en perspectives avec les événements du 11 septembre.

Dave Eggers a choisi de suivre un homme pendant l'ouragan et les jours qui ont suivi, et de raconter de façon journalistique et factuelle ce qu'il lui ait arrivé. Abdulrahman Zeitoun est un entrepreneur d'origine syrienne, installé à la nouvelle-Orléans depuis de nombreuses années. Bien intégré dans la société, marié et père de trois enfants, c'est un homme apprécié. Quand l'ouragan se prépare, il ne peut concevoir de quitter la ville, il tient à faire face à ses responsabilités et, sa famille à l'abri, il reste pour prendre soin de sa maison et de son entreprise. Quand il constate l'ampleur des dégâts, il prend son canoë et parcours les rues de la ville afin de venir en aide aux habitants. Mais, accusé à tord, il se retrouvera dans une spirale infernale et découvrira avec horreur les agissements des représentants de la loi et du gouvernement.

Zeitoun est un récit, il ne faut donc pas y chercher quelconque plaisir littéraire. C'est un témoignage, une façon de dénoncer une situation à travers l'exemple d'une histoire individuelle. Et ça fonctionne. Dave Eggers prends le temps de s'attarder sur la vie de Zeitoun, son enfance en Syrie, son quotidien d'avant Katrina. Et le lecteur ne peut que se sentir concerné par les événements traumatisants qu'il sera amené à vivre. Le récit exacerbe sa sensibilité, son sens de l'injustice.
Le bémol que j'apporterais au récit est que Dave Eggers va trop loin en voulant présenter son personnage comme quelqu'un de parfait, un homme trop bon, trop droit, trop honnête. Et c'est dommage car le récit n'a pas besoin de ça pour dénoncer ces événements. Au contraire. Ce que Zeitoun a vécu est horrible, contraire aux droits de l'Homme, au respect qui doit porté à l'être humain. Et ce même si Zeitoun avait été moins vertueux, même s'il avait été détesté de ses voisin, même s'il avait eu un casier judiciaire.
Il n'en reste pas moins que Zeitoun est un récit touchant et accablant pour l’État américain qui a laissé à l'abandon des milliers de personnes et n'a pas réussi à maintenir un état de droits, qui a bafoué les droits de l'Homme et la Constitution américaine.

Dave Eggers 
Zeitoun
Gallimard
405 p. /22,50 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire