7 avril 2013

Les cris de l'innocente - Unity Dow

Botswana, détroit de l'Okavango. L'endroit, connu pour ses documentaires animaliers, pourrait faire rêver. Mais c'est une toute autre réalité de son pays que nous fait découvrir Unity Dow, bien loin de ces images de carte postale ou des gentilles enquêtes de la N°1 des femmes détectives (que j'aime beaucoup par ailleurs).

L'innocente est une petite fille d'une dizaine d'années, Néo. Néo a disparu un soir, dans son village de brousse. L'affaire, étouffée par la police, est réouverte grâce à la découverte de ses vêtements tachés de sang. Et c'est le courage d'Amantle et de son amie avocate qui vont faire éclater la vérité.
Dans ce roman, Unity Dow dénonce les croyances dans l'irrationnel et la médecine traditionnelle qui ont cours dans son pays, au nom desquelles des meurtres sont commis. Et étouffés. Car ils sont l'œuvres de personnes puissantes qui cherchent par ce biais à l'être encore plus. Corruption même au plus haut niveau de l'Etat et des administrations, inégalités sociales, société misogyne,  Unity Dow n'est pas tendre avec son pays. 
Elle nous donne aussi à découvrir son pays. L'explication à une jeune Anglaise de la mentalité botswanaise par l'exemple des installations de robinet est savoureuse.
Elle interroge également la lâcheté humaine. Quel degré d'inhumanité peut-on atteindre par peur ?Combien de temps peut-on se taire par honte ?
"Y a-t-il un monstre qui dort en chacun de nous ? Et si nous sommes tellement paralysés par la peur, si nous n'osons pas affronter ce mal, qui prendra garde aux cris de l'innocente ?" (p.357)
Un roman à lire, non pas pour l'énigme policière mais pour la plongée au cœur d'un pays. A noter que l'auteur sait de quoi elle parle, elle est la première femme à avoir été nommé juge à la cour suprême. Elle ne fait apparemment pas partie de celles et ceux qui ont peur ! Respect.

Unity Dow
Les cris de l'innocente (The Screaming of the innocent)
Actes noirs
Actes Sud
357 p. 

Une lecture challenge Le crime n'a pas de frontière...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire