3 octobre 2012

Ikebukuro West Gate Park III : rave d'une nuit d'été - Ishida Ira

,
J'ai acheté ce livre totalement par hasard, sans rien connaître de l'histoire ou de l'auteur. Je me suis dit que ça irait bien pour mon challenge polars, et puis c'est Picquier ! C'est après l'avoir acheté que j'ai appris que cette série a été adaptée en manga et en série TV.


La découverte a été sympathique, même si ce roman n'est pas inoubliable.  L'histoire se passe dans un quartier de Tokyo, quartier apparemment connu pour sa vie nocturne et ses gangs. Makoto est né et vit dans ce quartier. En plus de travailler dans le magasin de ses parents,  il écrit des chroniques pour un journal. Et il est de temps en temps engagé comme détective non officiel, "solutionneur" d'embrouille et se fait aider par son meilleur ami de lycée, aujourd'hui à la tête d'une bande, les G-boys. 
Dans ce volume (le troisième), il doit mettre fin au déferlement d'une nouvelle drogue, le "Snake Bite" ; drogue qui cause morts et agression et qui est vendu dans les raves.

J'ai lu ce livre avec plaisir. Malgré le thème plutôt dur, l'écriture est légère et fluide. je n'ai donc pas été gênée par la violence. Makoto est un héros attachant, très mature pour ses vingt ans et décalé tout juste ce qu'il faut. Après, c'est un monde qui m'est totalement étranger, et d'ailleurs j'ai été bien plus dépaysée par ce monde des raves et de l'acide que par le fait que le livre soit japonais. Dois me faire vieille !
"Les religions étaient mortes, la pensée sociale de gauche était morte, les protestations postérieures aux années soixante-dix n'avaient rien donné.Nous vivions une époque ou seule cette danse insensée permettait de partager une extase collective.  
L'ivresse de la rave était certes intense, mais c'était une ivresse qui ne débouchait sur rien. En dansant au sommet de cette montagne, je repensait à ce qu'Eddy m'avait dit. Si on ne peut pas changer le monde, la seule solution est de se changer soi-même. J'ai eu l'impression de comprendre pourquoi la culture rave se laissait contaminer par les drogues sans opposer de résistance." p. 104
Un livre bien agréable même s'il n'est pas inoubliable. En revanche je suis allé voir des extraits de la série sur internet, et là je n'ai pas pu. Trop violent. Trop bruyant. Trop !

ISHIDA Ira
Ikebukuro West Gate Park III
Rave d'une nuit d'été
Picquier poche
6978-2-8097-0348-1
6,60 €

 Photo extraite du livre "Fruits" de Shoichi Aoki édité chez Phaidon
Je trouve que ça va bien avec l'ambiance du roman !




Photo du quartier Ikebukuro à Tokyo






Lecture challenge : le crime n'a pas de frontière 4/6


4 commentaires:

  1. Cela fait je en sais pas combien de temps que cette série est dans ma LAL !! vas falloir que je me décide à l'acheter. Tu as lu les 2 premiers?

    RépondreSupprimer
  2. Non, en fait il n'y avait que le troisième dans ma librairie. Il est compréhensible même sans avoir lu les autres, à quelques détails près.
    Je ne connaissais pas du tout avant, je lirai peut-être les autres à l'occasion mais ce n'est pas certain non plus.

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens avoir lu le premier tome de la série. J'ignorai à l'époque qu'il y allait avoir une série.
    Des souvenirs ? Pas vraiment, juste un souvenir : celui de ne pas m'avoir laisser de souvenirs. Une lecture périssable, donc...
    Mais peut-être devrais-je le relire ?
    En tous cas, je me souviens d'être ressorti de ce roman déçu. Picquier ne m'avait jamais déçu auparavant. Je ne pensais pas que cela était possible ? Je devrais donc le relire !

    RépondreSupprimer
  4. ça ne m'étonne pas. Je ne suis pas certaine qu'il me restera bien longtemps quelque chose de cette lecture. Comme je l'ai écrit, pas inoubliable. Et trop "djeune".
    Mais tout de même une bonne détente.
    Après, je n'ai pas lu les autres de la série...

    RépondreSupprimer