8 septembre 2012

Quatre jours en mars - Christian Grøndahl


Ingrid Dreyer est divorcée et vit avec son fils de quinze ans. Architecte, elle est en déplacement d'affaire quand elle apprend que son fils a été arrêté par la police pour agression raciste.
Le roman va suivre Ingrid pendant quatre jours, quatre jours d'introspection, de questionnements et remises en question. Quatre jours pendant lesquels les souvenirs remontent, son enfance, ses relations à sa mère, sa grand-mère, se amours...

Quatre jours en mars est un roman psychologique et contemplatif. Malgré le fait divers du départ, il n'y a que très peu d'action. Juste une vie. Dans ses moindres détails.

Les personnages de ce roman sont justes, les relations familiales et amoureuses sont décortiquées sans aucune simplification ou manichéisme. Ainsi que leurs blessures.
"Berthe ne peut pas passer à table sans renverser quelque chose, elle est toujours voûtée, les pieds rentrés, comme si l'enfant en elle tentait de forcer son corps adulte à prendre le moins de place possible." p181.
A travers les nombreux souvenirs d'Ingrid, l'auteur interroge. Qu'est ce qu'être mère ? Comment dépasser ses blessures ?Comment pardonner et se pardonner ? Comment assumer ses choix, accepter sa vie ?
L'auteur aborde la fragilité d'un être, d'une vie.
"Le plus terrible dans sa situation fragile est de n'en avoir pas conscience, comme lorsqu'un chien apprend à boiter avec une patte cassée qui ne se remet jamais correctement en place." p188
"Elle essaie de se souvenir de la solitude du corps, à partir du moment où l'on ne laisse plus ses parents s'en approcher, et avant que d'autres ne le fassent." p299.

Ce qui m'a le plus marqué dans ce roman est sa construction parfaitement maîtrisée. Rien n'est linéaire ; le roman saute d'une époque à l'autre et d'un lieu à l'autre. Le récit suit le fil des pensées d'Ingrid, les méandres de ses souvenirs. Et malgré ce fil décousu, je ne me suis pas sentie perdue plus de trois lignes. 

L'écriture est très belle. Mais parfois trop travaillée, soignée. J'ai eu parfois l'impression qu'au lieu de chercher le mot juste, l'auteur a cherché le mot le plus affecté. Un côté "snob" ; un peu comme ses personnages qui possèdent des œuvres d'art, des meubles design et des résidences secondaires... 

Un autre petit bémol, j'ai trouvé le roman un brin trop long j'aurais par moment préféré un peu moins de détails. Et un peu trop froid aussi, très "intellectuel" et pas assez de ressentis.

Malgré ces quelques bémols, j'ai vraiment apprécié la lecture de ce roman. J'ai retrouvé quelques points communs avec Joyce Carol Oates dans l'art de scruter les âmes de ses personnages. C'est une lecture qui, à l'instar d'Ingrid, mène à l'introspection.

Jens Christian Grøndahl
Quatre jours en mars
Gallimard
22,50 €
978-2-07-012528-9

A paraître le 9 novembre 2012 dans la collection Folio.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire