22 août 2012

Vendetta - R.J. Ellory


La fille du gouverneur de Louisiane, Catherine Ducane,  est enlevée. Le kidnappeur, Ernesto Perez, se rend aux autorités. Il demande à s'entretenir avec Ray Hartmann, à qui il confie son histoire de tueur à gage au service de la mafia. L'écouter est la condition de la libération de Catherine Ducane. Mais personne ne sait où Ernesto Perez veut en venir... Et à travers son histoire, c'est cinquante ans d'histoire de la mafia qui est évoquée.
Ellory poursuit l'œuvre de son "maître" James Ellroy ; il dissèque l'histoire des Etats-Unis dans ce qu'elle peut avoir de plus violente. La violence d’État (l'assassinat de Kennedy et la mort de Marilyn Monroe sont évoqués) aussi bien que la violence des hommes.
Ernesto Perez est né entouré de violence. Il n'a connu pratiquement que ça dans son enfance et c'est naturellement qu'il a commis son premier meurtre.
"Avant Carryl Chevron, j'avais tué un chien. Avant ça, j'avais placé un chat dans un poulailler au milieu de trois poulets et je les avais regardés détaler comme des dératés. avant ça, j'avais tué d'autres choses, mais je ne me rappelle plus quoi."
Et c'est également naturellement qu'il se retrouve à travailler comme tueur à gage pour la mafia.
A travers son histoire, R.J.Ellory nous parle aussi de vengeance obsédante.
"Quando fai i piani per la vendetta, scava due tomba – una per la tua vittima e una per stesso (si tu cherches la vengeance, creuse deux tombes… une pour ta victime et une pour toi).
Et il nous parle du choix et de la responsabilité. Peut-on réellement influencer les évènements ou est-ce les évènements qui influent sur notre vie ? Peut-on faire marche arrière, avoir une autre chance ? Et quand est-il de l'héritage familial ?

En plus, ce qui ajoute au plaisir, Ellory écrit dans une langue riche. A travers ses descriptions, on ressent vraiment les ambiances et les atmosphères.
"Peut-être l'eau était-elle croupie, stagnante et visqueuse ; peut-être la densité du feuillage l'empêchait-elle de recevoir assez de lumière ; peut-être la terre manquait-elle d'azote et de minéraux, car les arbres par ici étaient tordus et noueux, et les branches qui lorgnaient sur le sentier creusé par les pas ressemblaient à des doigts arthrosiques qui vous faisaient signe, vous arrachant des paroles rudes et des actions plus rudes encore."

"Vendetta" est donc un livre qui marque, on y apprend beaucoup sur l'histoire et l'Homme sans échapper au plaisir littéraire.

R.J. Ellory
Vendetta
Le livre de poche
8 €
978-2-253-12536-6

Du même auteur sur ce blog : Les anges de New-york


Lecture challenge : le crime n'a pas de frontière 3/6


Et merci à sandrine qui m'a offert ce roman dans le cadre d'un swap

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire